28.6.12

Plage interdite aux femmes

Non, rassurez-vous, ce n'est pas à Mayotte mais pas loin, dans la république islamique des Comores, dont Mayotte a été séparée mais qui est encore et toujours revendiquée comorienne par ses voisins.
Un article du Point d'après des infos de l'AFP, donc une source sûre.

Les dignitaires musulmans essaient d'interdire la mixité sur une plage


L'intervention des gendarmes pour chasser les femmes d'une plage publique proche de Moroni dimanche, à l'instigation des dignitaires musulmans, provoque la colère des jeunes Comoriens qui en appellent au gouvernement pour protéger leur liberté.
Dimanche, les forces de l'ordre ont pris position autour de la place d'Itsandra-Mdjini pour en interdire l'accès aux femmes, a constaté un journaliste de l'AFP. Un semblable incident s'était déjà produit le 27 mai.


Sept associations de la ville ont envoyé une lettre aux ministres de l'Education, de l'Intérieur, et au chef de l'Etat Ikililou Dhoinine, exigeant "une réaction rapide".
"L'affaire est très sérieuse et mérite une très grande attention. On se demande si nous ne sommes pas en passe de glisser dans une dictature des notables (...) avec la complicité active ou passive de ceux à qui nous avons confié notre destinée collective", écrivent les auteurs de cette lettre, dont l'AFP s'est procuré une copie.
N'hésitant pas à comparer ces dignitaires aux talibans afghans ou aux shebab somaliens, les signataires dénoncent "la sournoise instrumentalisation de la religion" et demandent à l'Etat de ne "pas laisser gérer sa responsabilité par une notabilité et des activistes religieux (...) contre les femmes et la jeunesse".

La plage d'Itsandra-Mdjini, rappelle cette lettre, "a toujours été publique, laïque, et ouverte à tous, sans discrimination d'âge ou de sexe".
Déjà en 2011, les dignitaires religieux musulmans avaient tenté de faire interdire la mixité sur la plage. Un groupe de jeunes avait alors fait irruption dans la principale mosquée de la ville, menaçant de révéler "les frasques" des chefs musulmans concernés.
Joint au téléphone par l'AFP, le Dr Mouthar Rachid, ancien ministre et grand notable de la ville refuse de parler de crise. "Nous sommes seulement contre la pagaille engendrée par la mixité de la plage l'après-midi, c'est tout", dit-il.

Le maire de la ville Raouf Mohamed s'est quant à lui refusé à tout commentaire.
Riche d'un passé spirituel et religieux, Itsandra est située à un kilomètre au nord de la capitale Moroni. Durant la période coloniale, sa plage et sa mythique guinguette était un lieu de détente prisé.
Source :  lepoint.fr

Sans commentaire.



24.6.12

Requins: le dagsit

Ça y est, j'ai vu mes premiers requins!!!!
Le 1er ressemblait un peu à ça (les photos ne sont pas de moi mais de ceux, inconnus, qui ont eu la même chance que moi).
C'est un requin gris de récif, ou dagsit, que j'ai vu vers 25 m de profondeur la semaine dernière.
Il est passé en nous observant, paisible puis a fait demi-tour et est allé plus bas.
Même si l'apparition a été furtive, elle a été magique, si je n'avais pas eu le détendeur dans la bouche, j'aurais été bouche bée!
Et aujourd'hui, on a rencontré 3 requins dagsit, dans le même secteur, toujours vers 25 m de profondeur.
Le poisson-papillon n'a rien à craindre, ils n'ont pas faim.
Re-magie, impression que ces animaux-là sont dessinés pour la nage, avec une ligne très pure, et ils sont majestueux! Et pas agressifs du tout!
Ici, ils sont moins nombreux qu'en Polynésie par exemple, mais ils sont toujours dans les eaux du lagon de temps à autre, et pourtant, je n'en avais jamais rencontré en 2 ans.
Ils mesurent dans les 2m, 2,50 m et peuvent vivre 25 ans. Ils impressionnent par leur taille imposante, massive, alors que d'autres espèces sont beaucoup plus élancées.
Mais ils sont BEAUX!

22.6.12

Classe de mer

Non, il ne s'agit pas de ma classe. Mais les enfants sont les mêmes.
Voici un excellent reportage (n'ayons pas peur des mots) de mon collègue (Didier dit le ptit Chauve) de l'école de Tsoundzou sur la classe de découverte de trois jours (mais qui ont dû en paraître 6 vu l'état dans lequel on l'a récupéré!) dans le sud-ouest de l'île.
Mêlant photos et vidéos, ce sont 13 minutes de vérité, de spontanéité, de vie, de joie et un magnifique témoignage de ce que sont les enfants d'ici et du bien que ce court séjour leur a fait.
Désolé pour la pub du début, pas pu faire autrement.

Allez voir sur son blog ici pour avoir un autre point de vue sur Mayotte.

18.6.12

Législatives, résultat: POTRONI!

Potroni = à gauche
Mayotte vire à gauche elle aussi.
Boinali Saïd Toumbou, en bas: cet ex-leader syndical leader de la contestation contre la vie chère en octobre dernier a réussi son coup, passer de la CFDT à l'Assemblée Nationale. Il a battu Saïd Omar Oili, ex-président du Conseil Général de 2004 à 2008.
Ibrahim Aboubacar, vice-président du Conseil Général, a battu un poids lourd de l'UMP, Mansour Kamardine. Les Mahorais ont donc voulu le changement de têtes pour soutenir la départementalisation.
Si je voulais faire un mauvais jeu de mots, je dirais que pour Kamardine, qui croyait pourtant retrouver son siège occupé de 2002 à 2007, il n'y a pas eu de Mirhadj hier puisque c'est aujourd'hui pour les musulmans, l'équivalent de l'Ascension pour les chrétiens (mirhadj signifie à peu près échelle). 
Cela nous vaut un jour férié de plus, sauf pour les terminales à qui le cadi a reconnu le droit de commencer les épreuves du bac comme tous les autres Français sans s'attirer les foudres d'Allah. 

17.6.12

Un mariage mahorais

...ou plutôt comorien, d'où sont issus presque tous les invités, de NGazidja (Grande-Comore) précisément.

Un mariage aux coutumes comoriennes est, pour nous occidentaux, complètement différent. L'impression que j'en retiens est de la joie, de la dignité, du respect (moi seul mzungu invité et donc différent par essence, j'ai pu le mesurer) et de la fierté.
J'avais rendez-vous "chez" le marié, bien qu'il n'habite pas exactement dans cette maison. Mais elle n'est pas trop éloignée de celle de sa promise donc pour y aller à pied en cortège, c'était mieux.
La maison était déjà pleine d'effervescence et les cadeaux (côté marié) s'étalaient sur le sol.

Des produits de beauté, des paires de chaussures, du parfum,
des salouvas, des savons et bien sûr des bijoux en or, massif ou non.
En vert, la tenue du marié.
Les femmes ont continué de se préparer au milieu des chants (déjà!) dans les pièces d'à côté pendant que les autres se restauraient un peu (sucré, salé).
Le marié se préparait également et après une heure de retard, il est sorti.
Accompagné d'un ami, la canne du marié à la main.

Le cortège s'est formé et a rejoint la maison du père de la mariée au milieu des youyous.
Là, celui-ci nous a accueillis dans un discours aux intonations religieuses.
Illustration du célèbre portage sur la tête et arrivée chez la mariée.
Les hommes sont entrés, et moi avec, pendant que le père de la mariée a compté devant tous les invités la dot apportée par le prétendant. Ici, c'était un oncle car les parents de la mariée sont à Anjouan.
Les hommes en premier, accueil chez la mariée.

Décompte proclamé en public
Moja, mbili, traru, nne, tsano, sita, saɓa, nane, shendra, kumi, kumi na moja, kumi na mbili! (douze fois 100 €), le compte y est, re-discours, prières et chants de joie. Ça y est, vous savez compter en shiMaore.
L'union pourra être célébrée (les mariés le sont déjà car ils sont passés devant le cadi qui a légitimé selon le coran le mariage).
La personne qui m'a fait entrer dans le mariage m'avait dit qu'elle me mettait avec les hommes mais je n'avais pas saisi sur le moment l'importance du propos.

Dans les assiettes, sambos (samoussas en langue locale), beignets de viande épicée.

Au menu: riz, zébu (un a été abattu pour l'occasion) en ragoût, mataba,
putu (piment) et lait caillé en boisson, avec aussi eau et l'inévitable cola.
Dans une assiette, chacun a mis un billet de 10 €.
Dans la première pièce était dressée une table avec 8 couverts, c'est tout. C'était la table d'honneur, celle du marié, et on m'y a installé à sa gauche, avec 6 autres hommes. J'étais plutôt intimidé et honoré! Les autres ont mangé je ne sais pas où, dehors en tous cas, et les femmes dans une autre maison proche.
Durant notre repas, des femmes ont chanté avec une joie et un enthousiasme non feints, d'autres nous ont servis, nous ont rafraîchis, épongés et même fait boire le lait caillé, le marié et moi. Très impressionnant, agréablement s'entend.
Pendant notre repas, les cadeaux pour la mariée lui ont été transmis sans que l'on puisse l'apercevoir.
À la fin de notre repas, le marié m'a dit en comorien que l'on allait voir la mariée.
Elle a attendu pendant notre repas à 5 mètres de nous, sur son lit où les cadeaux étaient dispersés.
Nous nous sommes levés et tour à tour l'avons saluée (embrassée).

L'histoire de ces 2 là n'est pas banale: monsieur est réputé être un fundi, c'est-à-dire un notable, un personnage qui "sait". Lui aurait des pouvoirs de guérisseur et a guéri madame d'une certaine maladie, des mauvaises langues m'ont dit qu'elle n'avait pas toute sa tête...
Puis nous avons quitté la maison de la mariée. Chacun s'est vu remettre un petit sac contenant gâteaux-maison, popcorns, bonbons et boissons.
































La suite de la fête s'est déroulée sur le plateau sportif du village. Un orchestre et des danseuses ont assuré pendant trois heures la fin du mariage.
Les mariés assisteront aux danses sur ce canapé spécialement aménagé.
Les décorations de Noël sont très souvent utilisées ici pour les événements religieux.
Place aux images pour vous faire vivre la musique et les chants (les ukumbi) qui ont rythmé la journée et ici, l'arrivée de la mariée au bras d'un oncle sous les poignées de riz, puis il y aura l'arrivée du marié et ensuite,tous deux sont restés presque toute la soirée assis à regarder les invités s'amuser.
video

Le marié fait son entrée accompagné par mon amie Zaïnaba et 50 personnes les suivent.

Tour à tour, tous les invités se bousculent pour venir saluer ou embrasser la mariée après avoir caressé son visage avec un billet de 10 € qu'elle dépose ensuite sur sa robe.
Les chanteuses arboreront elles aussi les billets récoltés pour leur prestation, épinglés sur leur salouva ou glissés dans leur poitrine.
Cette fête se terminera vers 20 heures. Elle se déroule bien entendu sans alcool et rares sont ceux à avoir fumé pendant cette journée.
Aux Comores, les festivités durent 4 jours!

15.6.12

L'avenir de la mangrove est entre leurs mains

Un travail mené dans mon école pour que la nouvelle génération sauve la mangrove menacée par la destruction et la pollution. C'est un peu long mais très intéressant, et pas que pour mes collègues de métropole.
Paru dans le journal principal de Mayotte:
             




Un vaste espace à reboiser. En attendant, une sorte de vaste poubelle.

12.6.12

Western malgache

Samedi dernier, à Befotaka, dans le wild wild sud-est de la grande île comme on dit dans la région pour désigner Madagascar, un western digne de ses illustres prédécesseurs yankees s'est déroulé comme au bon vieux temps.
Imaginez un peu, je n'invente rien:
Un détachement de l'armée locale avec gendarmes et militaires, 50 hommes, suivaient les traces d'un groupe de 150 voleurs de bétail dirigé par un bandit bien connu d'eux, Remena Bila.
S'apercevant qu'ils étaient suivis, ceux-ci abandonnent une partie de leurs bêtes, 106 bovins, avec quelques rénégats pour couvrir la fuite des autres.
L'armée envoie 17 hommes récupérer le bétail abandonné aperçu au loin tandis que les 33 autres continuent la poursuite du chef des bandits. Mais arrivés au village où ils espéraient les capturer, ils ont été pris dans une embuscade et les armes lourdes (lance-roquette et autres gros calibres) les ont accueillis faisant 12 morts sur le coup! Et en vrai!
À la fin de la bagarre, les hors-la-loi ont emporté les corps des victimes et 11 Kalachnikov avec munitions.
L'armée a appelé la cavalerie du renfort.
Un vrai scénario de western. Pas d'autres informations pour le moment.
Quand on pense que la région est assez touristique, on en a des frissons.
C'est à Mada et c'est aujourd'hui sur votre écran!
Mise à jour du 14 juin: il n'y aurait que 6 morts et le chef des dahalo (voleurs de zébus) a pris en otage une vingtaine de foyers, surtout femmes et enfants, et tient donc toujours tête aux forces armées! Et ils détiennent toujours les cadavres, au frais j'espère...

11.6.12

Député sortant SORTI!

Abdoulatifou Aly, le seul député sortant de Mayotte qui avait obtenu 21.39% des suffrages exprimés en 2007 au 1er tour, se représentait hier.

Il a obtenu (si on peut dire!) 0,82% cette fois.
Comment appeler ça: veste, dérouillée, déroute, fiasco, bérézina, raclée, cuisant échec,...?
Les Mahorais ne font pas les choses à moitié, c'est un euphémisme.
La raison: porter les couleurs du MoDem n'est pas facile en ce moment, on lui reproche aussi son inaction lors de son mandat. Mais ici, les élections législatives sont passionnelles, et les deux futurs élus sont bien difficiles à prévoir.
Espérons que le second tour se déroulera normalement, sans scrutin annulé, sans corruption (si! si! cela s'est déjà vu il n'y a pas longtemps avec des billets de 20 ou 50€ offerts juste devant le bureau de vote). D'ailleurs, les opérations se déroulent sous le contrôle de la police dans et devant tous les lieux de vote.

4.6.12

Festival 2012: and the winner is...

L'Hippocampe d'or (en fait il y en a 3 autres) du 18 ème Festival de l'Image Sous-Marine de Mayotte a été décerné au film du programme Reef Check (point sur la santé du corail) qui est international et représenté (bien sûr!) sur l'île au lagon.
Voici le film qui met l'accent sur la sensibilisation des jeunes Mahorais à leur corail, sa fragilité et avant tout sa découverte.
Certains scientifiques prédisent sa disparition rapide dans tous les océans de la planète mais dans ce film, il est davantage question de la pêche et de la raréfaction du poisson. Les récifs coralliens de Mayotte, comme partout ailleurs dans le monde, subissent les effets des activités humaines. Pollution, pêche peu ou mal gérée, réchauffement climatique, leur état de santé se dégrade et les ressources s’amenuisent dangereusement.

Un encouragement et une reconnaissance pour tous ceux qui travaillent pour ce programme Reef Check de Mayotte, avec la photographe-cinéaste Carine Pons, auteure de ces images et qui est aussi une collègue.
Le but principal est d'ausculter le corail et de procéder à des relevés.

Je leur ai "volé" une photo mais c'est pour leur bien!

1.6.12

Baleines et requins: Coucou! Nous revoilou!

L'hiver austral approche, les eaux commencent à refroidir et la saison des baleines a débuté aujourd'hui à Mayotte.
Vers midi, des professionnels du tourisme maritime ont aperçu la première baleine à bosse de l'année avec un petit, si j'en crois Mayotte-Hebdo.
Elles seront dans les eaux mahoraises jusqu'en septembre, venant de l'Antarctique pour se reproduire dans des eaux plus chaudes et parfois accompagnées de baleineaux qui trouveront des eaux sereines pour grandir en têtant leur mère qui elle ne pourra pas se nourrir pendant cette période, nos eaux n'étant pas riches en plancton et surtout en krill. Pourvu qu'elles chantent! Elles peuvent couvrir jusqu'à 7 octaves!

Beaucoup moins sympathique, à La Réunion, un requin-bouledogue de 3 mètres a été vu près de la plage de Roches-Noires à Saint-Gilles vers 15 heures, et tout le monde a bien sûr été évacué, mais aucune panique. On s'habitue.
 De quoi dissuader les touristes: c'est l'un des plus dangereux.
Bien sûr, il faudra être vigilant, mais les vrais amoureux de la mer, dont les surfeurs, vous diront que les intrus sont les humains, et pas l'inverse! Les requins y sont depuis des millions d'années, eux.