Rodrigues

Rodrigues est une petite île dépendant de Maurice, à 600 km à l'est de celle-ci.
Découverte par les Portugais (d'où son nom), colonisée successivement par les Hollandais, les Français puis les Anglais, elle a su rester jusqu'à aujourd'hui une nature préservée, voire sauvage à la différence de Maurice.
Le tourisme s'y développe doucement, et le gouvernement régional qui la dirige actuellement semble s'opposer à la réalisation des nombreux projets hôteliers qui voudraient la coloniser. Pour combien de temps? Le gouvernement national met la pression, mais sans oser passer en force.
C'est donc une île-nature que nous avons découverte pendant une courte semaine, avec des Rodriguais tout à fait charmants, et le modeste niveau de vie de certains n'altère pas l'impression d'une sérénité en accord et au rythme de leur belle île.
Pour aller à Rodrigues, il faut passer par l'île-mère, Maurice, et emprunter un ATR 72 d'Air Mauritius.
Trouver une chambre d'hôte ou un gîte est simple et celui que nous avons choisi, Kafé Marron à Pointe Coton, mérite d'être chaudement recommandé.

Quelques Plages: de Pointe Coton vers le sud-est.






Les Rodriguais sont aussi un peuple de pêcheurs



Anse Bouteille

De très belles plages, souvent désertes, avec la barrière de corail qui n'est pas très loin de ce côté. Les alizés soufflaient déjà fort!

Les bus de Rodrigues.
Venant de Mayotte, on est impressionné de voir des bus qui fonctionnent 
on ne sait pas trop comment d'ailleurs mais qui ont le mérite d'exister; de plus,
ils sont joliment décorés:




La petite ficelle qui court le long des vitres à gauche doit être tirée 
pour avertir le conducteur que l'on veut descendre. 
La porte se ferme et s'ouvre au gré des accélérations et des ralentissements.
Dans les plus sévères côtes, on irait peut-être 
plus vite à pied, mais le charme y perdrait!


Bus stop: décoré, avec deux Rodriguaises à chapeau (rodriguais lui aussi,
une spécialité locale), et des ourites (poulpes, autre spécialité locale)
qui sèchent au-dessus de la tête des deux charmantes touristes.
Hormis les bus, on se déplace en pick-up: 8 véhicules sur 10, souvent neufs comme celui que l'on a loué
Le 2 derniers chiffres indiquent l'année, le R pour Rodrigues


Très solennelle, une plaque qui nous rappelle surtout que s'il y a deux langues officielles à Maurice, l'anglais et le français, le créole mauricien est largement pratiqué et on s'aperçoit ici que c'est un langage savoureux à lire.

La côte sauvage au nord de Pointe Coton:

Les alizés sont forts et réguliers, et la végétation côtière en est la preuve 
Les cactus
Le pandanus défendu par un cactus
Une belle fleur de cactus

Port Mathurin
La capitale régionale de Rodrigues



Ici, c'est un haut-lieu de la pêche au gros et on n'en est pas peu fier!

Les maisons sont souvent très colorées, les Rodriguais ont manifestement du goût.

Anecdote: le jour où nous sommes allés à Port Mathurin se déroulait dans un restaurant l'élection de 
Miss Rodrigues. Ici comme dans toutes les îles de la région, on aime particulièrement ça.

L'heureuse Miss Rodrigues 2013

Les tortues
Dans le sud de l'île, le parc François Leguat

Bébés tortues...

deviendront (très) grandes.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour Monsieur,
je laisse ce message car je recherche mon instituteur de CM1 et de CM2 qui s'appelle comme vous.
Je pense que c'est vous? avez -vous travaillé à l'école primaire de la belle-épine à Cergy pontoise dans les années 1985-1986 . Si oui j'ai été une de vos éléves et je m'appelle Séverine BLOOMFIELD. Si c'est vous je voulais juste vous dire que vous avez marqué mon enfance et que vous avez été un super instituteur et juste vous dire merci quelques années plus tard, je pense que vous ne vous souviendrez surement pas de moi mais voilà c'est fait et si c'est pas vous votre blog est magnifique et pardonnez moi pour ce message.
cordialement

Jean-Pierre Marcillaud a dit…

Bonsoir Séverine

Quelle surprise et quel bonheur de lire ton message! Mais oui, j'ai bien été ton instituteur et je me souviens de ta jolie (et timide) tête blonde. Il faudrait juste que tu me remémores quelques noms de la classe pour que je situe ces moments passés.
Tu vois, je suis à Mayotte, envie de changer d'air et de se rebooster: c'est réussi! Dépaysement complet et situation difficile professionnellement mais c'est très intéressant.
Et toi que deviens-tu? Raconte. jpmarcillaud@gmail.com
Encore merci d'avoir osé
Je t'embrasse
Jean-Pierre